img

Lecture d'extrait

04.04.2019/CôTE D’IVOIRE: LE GOUVERNEMENT ET L'OPPOSITION SE SONT "COMPRIS" POUR UNE "RéFORME GLOBALE" DE LA CEI (MORIFéRé)

AUDIO - POLITIQUE

15000 FCFA

Le président du Rassemblement pour le peuple de Côte d’Ivoire (RPCI, opposition) Bamba Moriféré, fait le point de la rencontre face à la presse

PAIEMENT EN LIGNE SECURISE

Le gouvernement ivoirien et l’opposition se sont "compris" pour une recomposition de la Commission électorale indépendante (CEI) "dans le cadre d'une réforme globale", a affirmé jeudi soir l’opposant Bamba Moriféré, à l’issue d’une rencontre à la Primature.


Après un premier round le 21 janvier, cette rencontre entre le gouvernement et l’opposition qui a duré près de quatre heures s'est axée selon M. Moriféré sur le cadre de concertation et l'objet de la réforme de la CEI, ordonnée par la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples.

"Nous avons fait connaître notre point de vue qui concerne la réforme intégrale et totale de la commission électorale pour lui permettre d’être un organe totalement indépendant. (…) Nous nous sommes compris; certes il faut revoir la composition électorale mais dans le cadre d’une réforme globale", a-t-il dit à la presse, rappelant que "dans son invitation le gouvernement (ne) parlait (que) de la recomposition" de l'institution.

Le président du Rassemblement pour le peuple de Côte d’Ivoire (RPCI) a également traduit la volonté de l’opposition de voir le cadre de discussion s’étendre à "l’ensemble des partis politiques ivoiriens, c’est-à-dire ceux de l’opposition, ceux qui soutiennent le gouvernement et la société civile".
Le RPCI fait partie, avec le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) dirigé par Henri Konan Bédié et le Front populaire ivoirien d’Affi N’guessan, des 24 partis d’opposition qui ont proposé "le changement de dénomination de la CEI dont l’histoire est chargé de souvenirs douloureux" et souhaité qu’elle soit présidée par une personnalité issue de la société civile, lors d'une conférence de presse le 11 mars.
Dans son arrêt du 18 novembre 2016, la Cour africaine des droits de l’homme "ordonne à l’Etat" de Côte d’Ivoire de "modifier la loi (…) relative à la Commission électorale indépendante pour la rendre conforme aux instruments" internationaux, après avoir "conclu que (sa) composition (…) est déséquilibrée en faveur du pouvoir".

AUTEUR: Manuella YAPI
DUREE: 03"01
Mots clés : Réforme CEI,Bamba Moriféré
Taille : 2.91 Mb
Extension : mp3

PARTAGER